La notion de droits minimaux dus à la seule qualité d’être humain, ou droits naturels, est à la fois ancienne et  générale. Des droits naturels ou intrinsèques à l’homme sont déjà explicitement mentionnés dans les textes :

  • religieux (comme les dix commandements, qui commandent le droit à la    vie, à l’honneur, etc…) ;
  • littéraires (comme la pièce de théâtre Antigone de Sophocle, naît en 495,496 avant notre ère) ;
  • ou purement philosophiques (comme dans les textes de l’école de pensée des stoïciens).

Pourtant la Perse marque parfois l’origine du concept des Droits de l’Homme au VIème siècle avant notre ère, sous le règne de Cyrus le Grand. 

Après sa conquête de Babylone en -439, le roi fit exécuter le cylindre de Cyrus, découvert en 1879.

Ce document est parfois mentionné comme la première charte des droits de l’homme.

En 1971, l’ONU l’a traduit dans toutes les langues officielles.

Le cylindre décrète les thèmes normaux de la règle persane : tolérance religieuse, abolition de l’esclavage, liberté de choix de profession et expansion de l’empire.

On peut en faite le restituer dans une tradition mésopotamienne présentant l’idéal du roi juste, dont le premier exemple le plus connu est celui du roi Urukagina de Lagash, ayant régné au XXIVsiècle avant notre ère, et  dont un des autres illustres représentants est Hammurabi de Babylone, avec son fameux code datant du XVIIIe siècle avant notre ère.

L’inscription de Cyrus présente pourtant quelques caractères novateurs, notamment sur les décisions concernant la religion.

Ce document retrace les événements ayant précédé la prise de Babylone , puis expose les décisions de Cyrus pour les babyloniens : il règne pacifiquement, délivre certaines personnes de corvées injustes.

Il octroie aux gens de pays déportés le droit de retour dans leur pays d’origine, et laisse les statues de divinités autrefois emmenées à Babylone revenir dans leurs sanctuaires d’origine.

Il proclame la liberté totale de culte dans son empire.

Un événement important dans cette évolution a été la « Magna Carta » qui date de 1215, mais n’a été véritablement utilisé qu’à partir du XVII e siècle comme la base du concept actuel de droit de l’homme.

La première  déclaration de l’époque moderne est celle de l’Etat de Virginie (Etats-Unis) écrite par George MARSON et adoptée par la Convention de Virginie le 12 juin 1776.

Elle a été largement copiée par Thomas JEFFERSON pour la déclaration des Droits de l’Homme incluse dans la déclaration d’indépendance des Etats-Unis

(4 juillet 1776), par les autres colonies pour la rédaction de leurs déclarations des Droits de l’Homme, et par l’assemblée française  pour la déclaration française des Droits de l’Homme et du Citoyen, ainsi qu’elle aura inspiré largement la déclaration universelle des Droits de l’Homme votée par l’en 1948.

Citation : « Quiconque est prêt à sacrifier sa liberté pour un peu de sécuritaire provisoire ne mérite ni l’une ni l’autre, et perdra les deux ».