L'actualité de l'IDERNE

La laïcité a beaucoup de difficulté à s'imposer en Europe tant les religions ont un poids sur la vie économique et politique des pays membres. La construction européenne s'est d'ailleurs essentiellement faite sur des bases économiques, marginalement politiques, au détriment du culturel : n'est-ce pas un des pères de l'Europe, Jean Monnet, qui a déclaré "Si c'était à refaire, je commencerais par le culturel".

Le mot "laïcité" est difficile à traduire dans d'autres langues du fait des différences culturelles et linguistiques qui rendent la perception des concepts aléatoires, et il reste assez souvent mal compris car plutôt assimilé à un courant de pensée philosophique ou également confondu avec un sectarisme antireligieux.

La laïcité française est le fruit de trois grandes ruptures historiques : d'abord l'avènement de la Révolution de 1789, puis celle de la séparation des Eglises et de l'école, et ensuite celle des Eglises et de l'Etat. 

iderneEn introduction aux travaux du Groupe de Réflexion de l'IDERNE sur "La laïcité en Europe", découvrez cette analyse portant sur trois pays de l'espace européen.

Pourquoi, tout d’abord, cet ordre ? Tout simplement parce qu’il correspond, assez représentativement aux trois manières, dont la laïcité est perçue, sinon vécue en Europe ou plus exactement aux trois états actuels de la laïcité en Europe, c'est-à-dire dans la seule partie du monde, si l’on excepte dans une certaine mesure le Mexique, où elle a véritablement été mise en œuvre, après avoir mûri pendant des siècles, et où elle est actuellement sous le feu de véritables tirs croisés venus d’horizons divers, mais particulièrement d’Italie et de Pologne. La Pologne, dans ce schéma, représente les Etats plus ou moins confessionnels, caractérisés par l’ingérence du religieux dans le politique et le social, la Belgique les pays où une « activité associative non confessionnelle bien structurée assure la défense de la laïcité politique et philosophique », comme le dit Pierre Galand, et la France, les Etats vivant sous un régime de laïcité constitutionnelle.

Le 6 novembre 2009, le Grand Orient de France a pris position sur le débat qui a été lancé sur le thème de « l’identité Nationale »en rappelant que l’obédience a toujours travaillé sur ce thème et invite les loges maçonniques à participer au débat national en cours.
Le Grand Orient de France travaille depuis longtemps sur le thème de l’identité nationale, une des parties du socle républicain, dans le cadre de la recherche qu’il organise chaque année dans les Loges, mais aussi au cours de Colloques notamment celui sur la Citoyenneté, en mars 2009.
Il continuera donc naturellement à participer au débat auquel sont conviés les citoyennes et les citoyens français.